Setrem / Articles de l'expert / L’extrudeur : un outil incomparable pour la production animale

L’extrudeur : un outil incomparable pour la production animale

 

Les techniques d’élevage ont évolué et ont gagné en précision. L’élevage intensif doit maintenant satisfaire les nouvelles exigences des consommateurs, notamment sur la valeur nutritionnelle des aliments.
De nouvelles productions végétales peuvent être utiliser de manière à favoriser leur digestibilité et à éliminer les facteurs toxiques ou antinutritionnels avant être incorporées dans une formule.

Le traitement thermique quasi instantané de type HT-ST (Haute Température-Temps Court) propre à l’extrusion permet une conservation sans altération pendant plusieurs mois.

Si les premières applications de l’extrusion pour l’alimentation animale ont ciblé les pet foods et l’aquaculture, progressivement sont apparus sur le marché des extrudeurs plus avantageux sur un plan économique grâce à leur conception modulaire, robuste, flexible.

Ces extrudeurs ont été précisément utilisés pour le traitement thermique des graines oléagineuses comme l’affirmait le Dr Legoy à l’époque : « La technologie utilisée permettant la destruction des germes contaminants, de certains facteurs antinutritionnels (facteurs anti-trypsique des graines entières de soja, glucosinolates du colza) ou enzymatiques (lipases et lipo-oxydases intervenant sur l’oxydation des huiles par exemple). Il faut y ajouter la destruction des parois cellulaires permettant une meilleure digestibilité de l’énergie contenue dans le produit (huile, amidons gélatinisés) et le traitement thermique des protéines permettant une insolubilisation des protéines, en particulier dans les aliments destinés aux ruminants.»

Les applications de l’extrusion pour l’alimentation animale sont larges. La configuration interne de l’extrudeur est adaptable facilement pour permettre toutes sortes d’opérations.
Quelques exemples :

  • Le traitement des graines entières de soja pour leur incorporation dans les aliments porcs et volailles à des pourcentages significatifs,
  • la fabrication d’aliments ou de suppléments très performants pour les ruminants à haute production,
  • la production d’aliments spéciaux (petfoods, aliments crevettes, aliments flottants ou à descente contrôlée),
  • la stabilisation de sous produits (farines basses de riz, déchets de parage ou de filetage, etc…).

 

*/?>